AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La basse cour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
christina
Admin
avatar

Nombre de messages : 3583
Age : 97
Date d'inscription : 11/12/2006

MessageSujet: La basse cour   Sam 14 Avr 2012 - 10:46

.







ÉLECTIONS A LA BASSE COUR



Voilà plus de quatre ans qu’un coq en rien gaulois

Gouvernait sans partage et imposait sa loi.

Nombre de volatiles n’osaient le contredire

Bien qu’il fût bas sur pattes, c’est le moins qu’on puisse dire.

D’origine hongroise, ce coq trop agité

Ne laissait à personne le soin de décider.

Oui mais dans quelques mois il faudrait bien choisir

Un chef pour la basse-cour. Qui allait-on élire ?

« On ne veut plus du coq, il nous a affamés

Gardant le blé pour lui et pour tous ses poulets »

Disaient les pensionnaires de notre basse-cour.

« Voyons un peu pour qui voter au premier tour.»

Trouver un prétendant n’était pas chose aisée,

On ne le voulait plus grand, pas trop mou et racé.

Une faisane royale aux dernières élections

Avait perdu des plumes dans cette confrontation,

D’ailleurs perdu aussi la confiance de ses potes

Qui cherchaient quelqu’un d’autre pour battre le despote.>

Un jars avait la côte, vieux mâle grisonnant ;

Dominer et niquer, tel était son passe-temps.

Partout, dans chaque recoin, on le voyait le soir

Sauter toutes les oies, qu’elles soient blanches ou noires.

« Pas question de le prendre, il pense trop à la chose.

Qu’il aille se faire soigner, que nos oies se reposent »

C’est ce que disait un fier dindon venu droit de Hollande

Qui jurait d’exaucer jusqu’aux moindres demandes.

Il avait réussi à se débarrasser

D’une grosse dinde chti qui voulait s’imposer

En cherchant le soutien des poules et des faisanes

Par l’interdit des œufs de plus de trente-cinq grammes.

Ce Dindon courtisait une cane colvert.

Migratrice, elle venait d’un pays où l’hiver

Est plus rude qu’en France et pour son grand bonheur

Avait mis hors combat un pigeon voyageur.

Au demeurant jolie, elle jugeait qu’il fallait

Pour pouvoir l’emporter promettre aux poulets

Nourriture plus saine, une vie plus aisée,

Maïs sans OGM et blé labellisé.

Le Dindon disait oui mais en réalité

C’était juste pour lui prendre les voix qu’il convoitait.

Et pour tout perturber, voila qu’un vieux poulet


Qui avait trépassé, était ressuscité.

Prétextant qu’il avait ainsi côtoyé Dieu,

La place de dirigeant, il appelait de ses vœux.

Ajoutez à ceux là une sorte de poule d’eau,

Une espèce marine qui parlait fort et haut

Et voulait Allah porte de son beau poulailler

Mettre ces poules cou nu qui avaient immigré.

« Elles viennent nous envahir et manger notre blé

Si on les laisse faire, nos cous elles vont plumer.

Renvoyons les chez elles à coups de pieds aux cul(te)s, !»

Tels étaient les propos de notre gallinule.

Il y en aura bien d’autres d’ici les élections,

Candidats qui voudront susciter des passions,

Des paons et des canards essayant de faire croire

Que dans la basse-cour il faut reprendre espoir,

Que le bonheur est là, juste à portée de patte..

Vous y croyez vraiment ? Mais que vous êtes tartes !

Patrick F. PARINAUD



Toute Ressemblance Avec Des Personnes Existant Ou Ayant Existé

N'est Pas Une Pure Coincidence



angel1

Une fois n'est pas coutume, je n'ai pas résister à l'envie de vous faire partager ce poème...

Juste pour dédramatiser la sinistrose de notre quotidien ....

Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites !


Bon week end à tous

_________________
(\__/)
(='.'=)
(")_(") Christina
Revenir en haut Aller en bas
frangin

avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 21/12/2010

MessageSujet: Re: La basse cour   Sam 5 Mai 2012 - 0:05

Bonsoir, connaissez vous alexis hk, chanteur de très grand talent,

Ton texte, christina m'a fait penser à l'une des chansons de son dernier album : Chicken manager


Chicken manager



Et tandis qu’il cherchait un Campanile que jamais il ne trouva

Jack le manager rencontra Nick le coq
Dans la fosse à purin d’un camping municipal à la ferme
Dans les Alpes
À le voir ainsi tremper ses petites pattes
Et son bec de volaille frénétique dans la vase
À l’affût de quelques victuailles laissées là par mégarde
Par des poules surfriquées
Jack se dit qu’il avait affaire
Au coq de combat le plus malheureux que la Terre ait jamais porté
Mais il vit en lui

{Refrain:}
Le potentiel d’un géant
Redoutable coq à la ville comme à l’écran
Hercule à bec, au bout des pattes deux énormes serres
L’expert de l’attaque dorsale de l’adversaire
Il vit en lui le potentiel d’un géant
Redoutable coq à la ville comme à l’écran
Hercule à bec, au bout des pattes deux énormes serres
L’expert de l’attaque dorsale de l’adversaire

J’aime ton style un peu pouilleux, ton regard plein d’aigreur
Si tu veux, je peux devenir ton chicken manager
C’est pas du catch, du cinoche, c’est du fight à la dure
Et la devise "Pas de pitié" ta meilleure armure
Les coups bas sont conseillés et ton honneur tu le ranges
"Tue, tue, tue!" l’obsession qui te ronge
Pas un stratagème qui dit "Aime ton ennemi"
Je veux lire de la haine dans tes yeux jaunis

{au Refrain}

{x2:}
Puissant, rapide, fluide et léger
Nick est un véritable enfoiré
Attaquer l’ennemi à terre, par derrière
Fait partie de ses coups de vice préférés

Entraîné au speed bag, à la corde à sauter
À déchiqueter des mannequins de coqs en plastique
Jack motivait Nick
Lui donnait la réplique
Lui promettait de la dope, des femmes et du fric
Son premier combat dura dix-sept secondes, il tua son adversaire
En deux coups de bec
Un coup d’ongle et puis, comme pour combler
La foule en liesse
Le dévora tout cru jusqu’au sot-l’y-laisse

{au Refrain}

S’ensuivit une success story de blockbuster
Des combats annulés tant les adversaires avaient peur
Rails de coke, pipes de crack, bimbos, Pontiac
Nick et Jack profitaient de leur vie rêvée de macs
Mais le succès n’est pas toujours l’allié des amis
Nick ne tarda pas à faire enfler ses chevilles
Il voulait prouver à son maître qu’il avait bien appris
Ses déclinaisons de félonie
Il fit semblant de croire qu’un pélican traversait les airs
Jack se retourna le regard tendu vers le ciel
Mais c’est derrière lui qu’était l’oiseau
Lui perforant les vertèbres à grands coups de bec dans le dos
Jack mourut et Nick, qui voulait l’Élysée,
Deviendra le président de tous les Français

{au Refrain}

Alexis HK, album "les affranchis"
Revenir en haut Aller en bas
 
La basse cour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
pause cafe :: Général :: Poésie-
Sauter vers: